Retour à la page d’accueil

PRENDRE LA PILULE ?

Retour à la page d’accueil

Actualités Médicales
Addictologie :
        le tabac    
        l’alcool
        autres drogues         
                      et addictions
Allergologie
Bien-Être et Qualité de Vie
« Bobologie »
Cardiologie
Comment ça marche ?
        Anatomie     
        Physiologie
Dermato-Cosmétologie
Diabète
Diététique
Endocrinologie
Gastro-Entérologie
Gériatrie
Grossesse et Allaitement
Gynécologie,
        Contraception et IST
Histoire de la Médecine
Homéopathie
Maladies Infectieuses
Médecine du Sport
Neurologie
Ophtalmologie
ORL-Stomatologie
Pédiatrie :
         le nourrisson     
         l’enfant     
         l’adolescent
Pneumologie
Psychologie et Psychiatrie
Rhumatologie
Sexologie
Urgences
Urologie et Néphrologie


Vous pouvez m’adresser
un mail à cette adresse:

  gerard.bouvier2@wanadoo.fr

Néanmoins il existe quelques différences qui permettront à votre médecin de mieux choisir la pilule qui vous convient en fonctions de vos caractéristiques personnelles car les femmes aussi sont différentes.


Ainsi, il y a des pilules monophasiques, des pilules diphasiques et des pilules triphasiques…

Des pilules que l'on prend tous les jours sans faire d'interruption et d'autres avec un arrêt de 7 jours (parfois de 4 jours) entre chaque plaquette...

Certaines sont plus riches en oestrogènes, d’autres en progestérone…  Ainsi on définit des “ climats ” hormonaux différents pour coller au plus près aux nombreuses différences qui existent entre les femmes.

Car certaines femmes ont des règles courtes et rares d'autres des règles fréquentes et prolongées, avec parfois des douleurs des seins ou des maux de tête là où d'autres n'ont pas ces problèmes mais sont irritables avant les règles qu'elles sentent venir quand d'autres les ont "par surprise", etc...

De même il faut tenir compte des facteurs de risque ou des particularités associées à la prise de la pilule : tabagisme, hypertension, obésité, acné, augmentation des taux sanguins du cholestérol ou des triglycérides, etc.




  

Retour à la page d’accueil

La pilule, comment ça marche ?


Il existe en fait un triple blocage :


1. Il n’y a plus d’ovulation, donc plus de ponte ovulaire…

2. La muqueuse de l’utérus devient trop amincie pour que s’y accroche un œuf éventuel qui aurait échappé quand même au premier blocage…

3. Les spermatozoïdes ne peuvent franchir le col : la pilule rend la glaire cervicale qui s’y trouve épaisse et infranchissable…

Il existe actuellement sur le “ marché ” plus de vingt pilules différentes, sans compter les génériques !

Et il ne se passe guère d'année sans que sorte une nouvelle pilule...
C’est que la demande est forte et que les laboratoires veillent au grain.

C’est beaucoup ! Mais en réalité beaucoup de pilules se ressemblent…

Si l’on prend la pilule un peu de ponctualité est préférable...


Le mieux est de la prendre si possible toujours le soir à peu près à la même heure pour créer une habitude et ainsi ne pas l’oublier…

Peu importe à quelle heure… L’important c’est de choisir une fois pour toutes et de s’y tenir… Il semble que statistiquement il y ait moins de risque d’oublis le soir parce que c’est le soir que les couples ont le plus souvent les relations sexuelles qui leur font penser à leur contraception.
De plus si la pilule provoque des nausées  (ce qui reste rare) il est préférable qu’elles aient lieu la nuit pendant le sommeil où alors elles passent inaperçues…
Si  -par exemple-  l’on décide de la prendre le soir à 22 h on peut sans souci la  prendre entre 20 h et minuit, mais il est préférable pour une efficacité maximale de ne pas trop s’éloigner de ces tranches horaires.

Les incidents de parcours possible en prenant la pilule…


 Les règles diminuent…


Ça n’est pas vraiment un incident, c’est le cas presque toujours. D’ailleurs on continue de parler de “ règles ”, mais avec la pilule il ne s’agit pas de vraies règles et l’on devrait dire “ hémorragies de privation ”.

Bref, il est fréquent que les règles ne durent plus qu’un jour ou deux sans que cela pose un problème pour la santé. Par contre, si elles disparaissent totalement, il est préférable que vous consultiez votre médecin.

Avec la pilule vos règles vont venir avec une ponctualité confortable, parfois à une heure près !  Un souci de moins !


 Il apparaît quelques pertes au milieu du cycle…


Problème assez fréquent, mais pas grave… Ce phénomène est appelé “ spotting ” (en anglais spot = tache). Ce n’est le plus souvent qu’un phénomène transitoire qui concerne le  ou à la rigueur les premiers mois de pilule…

Il faut continuer de la prendre comme prévu sans pour autant l’interrompre et nous parlerez lors d’un prochaine consultation.


 Vous prenez du poids…    (facultatif !)


Possible… C’est un inconvénient de la pilule devenu rare avec les pilules moins dosées. L’occasion d’une petite révision de ses habitudes alimentaires. Il n’est pas rare qu’avec le temps qui passe de mauvaises habitudes alimentaires se soient introduites subrepticement dans votre ration habituelle : grignotages, repas qui sautent, boissons sucrées, petites récompenses du soir quand la journée est terminée, diminution des activités sportives... Puisque la prise de la pilule est un grand progrès moderne qui vous donne une liberté que n’avaient pas vos grand parents pourquoi ne pas (en échange) faire l’un et l’autre des petits sacrifices pour retrouver une ration alimentaire plus raisonnable.




Que faire en cas d’oubli ?


En cas d’oubli un soir, il faut la reprendre dès le constat de l’oubli, c’est à dire en général le lendemain matin. Si le lendemain matin on l’oublie aussi, il faudra en prendre 2 le soir suivant :

celle que vous auriez prise de toute façon, plus celle que vous avez oubliée précédemment…

Si vous l’oubliez deux soirs de suite, la contraception devient inefficace…

Il faut avoir recours à d’autres moyens (par exemple les préservatifs) jusqu’aux règles suivantes.
Et il vous faudra consulter si les règles ne viennent pas à la date attendue car en ce cas il y a une possibilité de grossesse…

La meilleure solution pour éviter un oubli est de lier la prise de la pilule à un geste que vous faites tous les soirs…  Par exemple éteindre la lampe de chevet, ou régler le réveil...

J’ai des maux de tête…  Est-ce la pilule ?

C’est vrai, la pilule peut parfois donner des maux de tête. Attention ! A partir d’aujourd’hui tous vos maux de tête ne viendront pas forcément de la pilule ! Les maux de tête dus à la pilule sont assez particuliers : ils sont rythmés par les règles qu’ils précèdent de quelques jours… S’ils deviennent trop violents il faudra que vous en parliez avec votre généraliste  car il existe des solutions…

Il m’arrive “ plein de choses ”…  Est-ce la pilule ?


Essayons de ne pas mettre sur le compte de la pilule tous les ennuis de santé qui affectent l’existence de tout un chacun avec ou sans pilule…

Mais soyons justes : il est vrai que si l’on n’a pas de chance d’autres petits inconforts peuvent être imputés à la pilule. Par exemple des jambes lourdes, une sensation de tension des seins, l’apparition (rare) de taches bronzées au visage…

Mais par contre d’autres inconforts sont très améliorés par la pilule tels les règles douloureuses ou irrégulières ou à tendance hémorragique, certaines acnés, certaines douleurs des seins…

Le mieux sera donc de trouver avec votre médecin la pilule idéale, quitte à devoir tâtonner un peu au début et changer parfois s’il en est besoin… Vous pouvez lui faire entière confiance : il vous connaît bien, souvent depuis longtemps et la prescription de la pilule à une personne jeune et en bonne santé est à peu près ce qui se fait de plus simple en médecine. Pas de diagnostic... Prescription d’un traitement connu depuis 40 ans... Avec si peu d’effet secondaire. Rien à voir avec le traitement d’une angine ou d’une grippe qui est un acte médical infiniment plus compliqué.

J’ai changé d’avis ! Je veux faire un enfant…

Pas de problème ! Mais il  est mieux  de prévoir deux mois d’arrêt entre la fin de la pilule et le début de la grossesse. C’est le temps qu’il faut pour que la muqueuse, cette petite peau qui tapisse l’intérieur de l’utérus, se refasse une santé.

Si d'aventure ce délai n'était pas respecté, il y aurait un petit risque supplémentaire de fausse-couche.  C'est le seul risque, et il n'y aura pas de conséquence autre pour le bébé de malformations ou autres...

Prescription et surveillance de la pilule :


Lors de la première prescription la pilule est prescrite pour 3 mois. Si tout va bien ce qui est le cas habituel elle est ensuite prescrite de 6 mois en 6 mois. Le Pharmacien ne délivre que 3 mois à la fois car c’est la  loi, mais avec la même ordonnance (qu’il ne faut donc pas perdre !)  il la renouvelle ensuite pour 3 mois supplémentaires.

Il faut au début, après un an de traitement, et ensuite tous les 3 ans pratiquer un examen qui s’appelle “ un frottis ”.



C’est un examen simple, rapide et indolore qui consiste à frotter avec un coton-tige et un abaisse-langue le col de l’utérus et l’entrée du col pour récupérer quelques cellules qui seront ensuite analysées au microscope dans un laboratoire auquel nous l’aurons fait parvenir par la Poste. Réponse sous 10 jours.  

Il est utile aussi de vérifier au début la glycémie, le cholestérol et les triglycérides. Il faudra donc faire une prise de sang à jeun. La prise de sang  sera vérifiée tous les deux ou trois ans, délai suffisant si tout se passe bien…

Le renouvellement se fait donc tous les 6 mois (ne vous y prenez pas trop tard !).

L’interrogatoire vérifie la tolérance et l’absence d’erreurs dans la prise du traitement. L’examen s’assure que la pilule est bien tolérée : poids, tension, examen des seins, du foie, de l’utérus, des ovaires, des veines…

 Du fait de l’examen gynécologique qui est normal lors du renouvellement il est mieux de consulter en dehors de ses règles ! Beaucoup de jeunes filles qui redoutent cet examen un peu désagréable choisissent la période de leurs règles pour prendre rendez-vous. Ça n’est pas une politique raisonnable. Vous ferez gagner un peu de temps à votre médecin mais vous risquez aussi, si cela se reproduit, de le démobiliser un peu dans sa surveillance. « Si elle s’en fout après tout moi aussi »... Cette nouvelle pratique ne serait pas très responsable.  


Précautions pour qui prend la pilule…


Je vous conseille de fuir le tabac dont on est sûr maintenant qu’il est une association nuisible avec la pilule…

Je vous conseille de surveiller votre poids au début…

Je vous conseille de toujours signaler que vous prenez la pilule si d’autres médecins que votre généraliste traitant vous prescrivent des médicaments car il y a des associations de traitement qui peuvent être déconseillées notamment avec certains tranquillisants ou traitements pour le moral.

Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil

Dans la série : « Les interviews de Timothée », aujourd’hui…

LA CONTRACEPTION ET COMMENT ÉVITER LES INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE

Retour à la page gynéco

Retour  page gynéco

Retour  page gynéco

Retour  page gynéco