Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil

SITE MÉDICAL
DU Dr GÉRARD BOUVIER
docteur-gerardbouvier.fr

L’ACNÉ JUVÉNILE

Retour à la page d’accueil

Actualités Médicales
Addictologie :
        le tabac    
        l’alcool
        autres drogues         
                      et addictions
Allergologie
Bien-Être et Qualité de Vie
« Bobologie »
Cardiologie
Comment ça marche ?
        Anatomie     
        Physiologie
Dermato-Cosmétologie
Diabète
Diététique
Endocrinologie
Gastro-Entérologie
Gériatrie
Grossesse et Allaitement
Gynécologie,
        Contraception et IST
Histoire de la Médecine
Homéopathie
Maladies Infectieuses
Médecine du Sport
Neurologie
Ophtalmologie
ORL-Stomatologie
Pédiatrie :
         le nourrisson     
         l’enfant     
         l’adolescent
Pneumologie
Psychologie et Psychiatrie
Rhumatologie
Sexologie
Urgences
Urologie et Néphrologie


Vous pouvez m’adresser
un mail à cette adresse:

 gerard.bouvier2@wanadoo.fr


Vous trouverez dans cette page différents renseignements pour vous aider à prendre en charge (ou à faire prendre en charge) votre acné.

Avec l’acné nous sommes dans une pathologie qui n’est pas grave mais qui peut être très gênante. Son évolution même sous traitement est souvent longue et il serait donc mieux de s’armer de patience...




Qu’est-ce donc que l’acné?


Évidemment, ça ne change rien à votre problème, mais sachez quand même que l’acné touche à des degrés variés environ 80 % des adolescents et adultes jeunes.

Chez l’acnéique, les glandes de la peau appelées glandes sébacées sécrètent en excès une substance grasse le sébum. C’est cette sécrétion excessive qui provoque parfois l’aspect luisant de la peau des acnéiques.

Le sébum en excès va boucher les pores de la peau. C’est le point blanc qui devient vite un point noir : le trop bien connu « comédon ».

Ces boutons sont bien sûr un peu énervants et ils donnent  -souvent à tort- l’impression qu’en les écrasant ils deviendront plus supportables. C’est ce qui peut conduire à l’acné excoriée et ensuite à l’acné cicatricielle. Une pratique bien tentante, c’est vrai, mais qui reste donc à éviter...



Beaucoup d’idées fausses circulent sur l’acné ses causes et ses traitements…


L’acné est une maladie de la peau très courante puisqu’elle touche 4 adolescents et adultes jeunes sur 5.

Longtemps nous n’avons eu à lui opposer que des traitements médiocrement efficaces.

C’est ce qui a permis à beaucoup de fausses croyances de se développer...


q Non l’acné n’est pas due à l’alimentation !

S’il est toujours préférable d’avoir une alimentation équilibrée, il est inutile de rajouter au désagrément de l’acné, le désagrément d’un régime qui est parfaitement inutile dans cette maladie due à la prolifération d’une bactérie le propionibacterium acnes dans les follicules cutanés. Donc rien à voir avec le chocolat, les charcuteries, les laitages...



q Non l’acné n’est pas (seulement) une maladie de jeunesse qui disparaît ensuite !

On a longtemps laissé croire que l’acné était une maladie de jeunesse qui disparaissait avec le mariage ou avec une activité sexuelle non plus solitaire mais devenue adulte. Belle promesse, mais non tenue. L’élévation brutale du taux des hormones à la puberté influence l’apparition et le développement de l’acné. S’il est vrai que ce taux est soudain augmenté à la puberté, il est vrai aussi que chez certains adultes ce taux reste encore élevé longtemps et que l’acné va se prolonger...

q Non l’acné n’est pas due à une mauvaise hygiène cutanée !

Bien pire, l’acnéique a souvent tendance à trop laver son visage dans l’espoir de diminuer l’aspect luisant de la peau qui sécrète du sébum en excès.
Cette pratique a tendance à relancer la sécrétion ce qui va à l’encontre des espérances.
On trouvera plus loin sur cette page une liste des savons utilisables (avec modération) et parmi d’autres pour réguler au mieux la sécrétion de sébum excessive.


q Non l’acné n’est pas contagieuse !

Bien que le bouton soit du à une bactérie, il n’y a aucun risque de contagion ou de transmission de l’acné quel que soit le type de contact.



Il existe différents types d’acné:
-l’acné rétentionnelle avec des comédons fermés (micro-kystes) ou des comédons ouverts (points noirs).

-l’acné inflammatoire avec des papules ou des pustules (superficiels) ou des nodules (profonds).

-l’acné mixte qui est la plus fréquente où cohabitent rétention et inflammation sur un même visage.

-l’acné sévère ou rebelle qui est alors une véritable infirmité mais qui heureusement reste rare.


Les traitements de l’acné.

Ces traitements varient selon le type  d’acné en cause et selon son intensité. Ils doivent être prolongés tant que les lésions persistent. L’arrêt des traitements provoque souvent rechute et désillusion.


q Dans l’acné rétentionnelle (comédons):

On utilise des dérivés de la vitamine A Acide qui détruisent les comédons mais sont parfois irritants : Locacid®, Effederm®, Rétacnyl®, Différine®, Roaccutane® gel…


q Dans l’acné inflammatoire minime:

On utilise le peroxyde de benzoyle qui est anti-inflammatoire mais irritant: Cutacnyl®, Eclaran®, Effacné®, Pannogel®, etc…  ou les antibiotiques locaux en gel ou en crème: Erythrogel®, Eryfluid®, Dalacine T-Topic®.                                                      
Le zinc par voie orale, Rubozinc® Granions de Zinc®, est souvent aussi utile.


q Dans l’acné inflammatoire plus intense:

On utilise en plus des médicaments cités ci-dessus un traitement antibiotique par voie orale à base le plus souvent de tétracycline, qui détruit le microbe qui colonise les pores de la peau.

Mais ces traitement sont réservés aux périodes de l’année peu ensoleillées car ils sont photosensibilisants et peuvent provoquer chez certains des coups de soleil sévères.  


q Dans l’acné mixte la plus fréquente où plusieurs types de lésions coexistent:

On utilise l’un ou l’autre des traitement ci-dessus en suivant l’évolution des lésions pour « coller au mieux » aux symptômes du moment...

q Dans l’acné nodulo-kystique:

Il s’agit là d’une acné sévère qui nécessite parfois le recours au Roaccutane® par voie orale. Mais c’est un traitement violent avec des contre-indications (toute grossesse est formellement interdite pendant le traitement du fait du risque important de malformations fœtales) et une surveillance par prises de sang répétées. C’est donc un traitement réservé aux cas graves et rebelles.

q Dans tous les types d’acné:

On peut avoir recours à l’homéopathie. C’est un mode de traitement doux qui peut modifier favorablement le terrain du sujet sur lequel l’acné se développe. C’est un traitement personnalisé selon l’aspect et les modalités de l’acné. Il n’empêche pas le recours en même temps aux traitement locaux de l’acné.

Une autre solution existe pour limiter l’acné mais elle est réservée aux femmes. Si certaines pilules aggravent l’acné ou la provoquent chez des femmes qui n’en avait pas auparavant, il existe par contre des pilules qui font régresser l’acné. Ces pilules sont très particulières a tel point qu’elles sont rangées dans le Vidal (le grand livre rouge des médecins) non pas dans les contraceptifs mais dans les traitements dermatologiques. Elles contiennent une hormone la cyprotérone qui se comporte comme un anti-androgène et de cette façon réduit la sécrétion de sébum et aussi la pousse des poils et du duvet. Mais son efficacité est limitée et du fait de son dosage hormonal elle est considérée comme une pilule pouvant avoir des inconvénients lors d’un usage prolongé et plutôt réservée à de courtes périodes de la vie.



Soins d’hygiène de la peau dans l’acné

La toilette se fait deux fois par jour mais pas plus avec un savon surgras ou un pain sans savon (Aderma®, Lutsine®, Rogé-Cavaillès®, La Roche Posay®, Sensiclean®, etc…). On peut utiliser aussi des gels nettoyants moussants (Cleanance®, Effaclar®…)
Il peut être intéressant d’utiliser dans l’intervalle des traitements locaux par exemple le matin une crème adoucissante et hydratante pour peau acnéique (crème Lutsine® ou La Roche Posay® par exemple).

Il fait éviter les topiques irritants comme les produits alcoolisés ou détergents.

Le savon de Marseille longtemps réputé indiqué pour les peaux sensibles a perdu de sa gloire passée : il est très basique en solution dans l’eau et c’est un facteur d’irritation et de  dessèchement.

Rôle du soleil dans l’évolution de l’acné

Le soleil est un faux ami de l’acnéique. Après une courte période où l’acné semble améliorée du fait de l’épaississement de la peau qui la masque, c’est la grande floraison au retour de vacances et lors du débronzage. Mieux vaut donc protéger sa peau avec des écrans totaux de fort indice (ou un chapeau!) d’autant que la plupart des traitements utilisés pour réduire l’acné sont photosensibilisants ce qui veut dire qu’ils peuvent rendre très sensibles au soleil et donc provoquer de fameux coups de soleil là ou d’autres auraient simplement commencé à rosir!



Rôle de l’alimentation dans l’évolution de l’acné

Longtemps pourchassés le chocolat et les aliments gras n’ont jamais fait la preuve de la moindre responsabilité dans l’acné.

Inutile donc de se lancer dans des régimes frustrants et sans intérêt. Comme il y a toujours des exceptions en médecine, si vous avez remarqué que tel ou tel type d’aliment vous aggrave, faites quand même l’effort d’y renoncer!

retour page d’accueil

sommaire dermatologie

retour page d’accueil

retour page d’accueil

sommaire dermatologie

sommaire dermatologie