Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil

SITE MÉDICAL
DU Dr GÉRARD BOUVIER
docteur-gerardbouvier.fr

HOMÉOPATHIE : page d’accueil

Retour à la page d’accueil

Actualités Médicales
Addictologie :
        le tabac    
        l’alcool
        autres drogues         
                      et addictions
Allergologie
Bien-Être et Qualité de Vie
« Bobologie »
Cardiologie
Comment ça marche ?
        Anatomie     
        Physiologie
Dermato-Cosmétologie
Diabète
Diététique
Endocrinologie
Gastro-Entérologie
Gériatrie
Grossesse et Allaitement
Gynécologie,
        Contraception et IST
Histoire de la Médecine
Homéopathie
Maladies Infectieuses
Médecine du Sport
Neurologie
Ophtalmologie
ORL-Stomatologie
Pédiatrie :
         le nourrisson     
         l’enfant     
         l’adolescent
Pneumologie
Psychologie et Psychiatrie
Rhumatologie
Sexologie
Urgences
Urologie et Néphrologie


Vous pouvez m’adresser
un mail à cette adresse:

 gerard.bouvier2@wanadoo.fr


En guise d’introduction.
La médecine traditionnelle que l'on appelle encore la médecine allopathique a couvert de bienfaits l'humanité.

Au cours du siècle dernier, elle a permis un allongement de la durée de vie tout à fait spectaculaire, principalement dans les pays riches et industrialisés.

Elle a autorisé la survie des mals-nés, elle a retardé la mort des mourants, elle a diminué les douleurs des souffrants.

Il est plus douteux qu'elle ait toujours amélioré les petits maux du quotidien dont se plaignent aujourd'hui sans retenue beaucoup de nos concitoyens.

Pour survivre et toujours progresser il a fallu que cette médecine invente des maladies nouvelles auxquelles on pourrait opposer des médicaments innovants.

Les progrès de la technique aussi qu'il s'agisse de la biologie ou des examens d'imagerie médicale ont conforté beaucoup de patients dans cette idée qu'ils étaient effectivement malades et que la médecine pouvait beaucoup pour eux s'ils n'étaient pas ingrats tout en restant bien remboursés.

Ce libéralisme appliqué à la médecine en a réconforté beaucoup. Mais certains sont restés au bord du chemin. Ces insatisfaits de la technique et des nouvelles molécules se sont tournés vers d'autres façons d'aborder les soins. C'est pourquoi l'homéopathie, l'acupuncture, l'ostéopathie -pour ne parler que des pratiques les mieux reconnues- ont attiré beaucoup de patients en déshérence de la médecine traditionnelle.

Homéopathe diplômé de l'École Française d'Homéopathie depuis 1978, je souhaite ici donner à ceux que cela intéresse quelques éléments qui devraient leur permettre non point de se soigner car l’homéopathie est une médecine personnalisée au cas par cas qui se prête donc mal au conseil sur Internet, mais qui devraient leur permettre de faire naître une envie d'en savoir plus.

Les allopathes qui méprisent ses médecines annexes et se radicalisent dans le « tout allopathie » prennent le risque de décevoir leurs patients qui ne sachant où s'adresser pourront s’égarer.

Mais les médecines annexes doivent aussi cultiver la modestie, bien connaître leurs limites et tirer

les conséquences de leurs échecs. Ceci sous-entend naturellement qu'avant même d'entreprendre

un traitement soit posé clairement un diagnostic en s'aidant de toutes les techniques éventuellement

nécessaires. Ce diagnostic ne peut être posé que par un médecin dont on sait les nombreuses

années d'études... Malheureusement, une législation laxiste ferme les yeux sur bon nombre de

praticiens qui se sont auto proclamés. C'est pourquoi je ne saurais trop vous conseiller de rester

vigilant. L'usage de la carte vitale ou d’une feuille de soins papier est une méthode simple qui garantit

que le praticien à qui vous avez confié votre santé ou celle de vos proches et reconnu par la Sécurité Sociale.
C'est une sécurité minimale...


Mais qu’est-ce donc que l’homéopathie ?

                                                Comme souvent cette méthode thérapeutique est née d’un hasard ou d’une folie. Samuel Hahnemann                                                  (1755-1843) connaissait comme les médecins de l’époque (et depuis un siècle) l’efficacité de l’écorce                                                  de quinquina, un arbre d’Amérique du Sud, dans le traitement de la fièvre. Un jour de 1790, il prit l’idée                                                  de consommer cette écorce alors même qu’il était en pleine forme avec la seule curiosité de juger de                                                  l’effet de ce traitement sur un i ndividu sain.

                                                Sa surprise fut énorme de constater que la consommation de cette écorce provoquait chez lui – sujet                                                  sain- des symptômes de fièvre identiques à ceux qu'elle soignait sur un individu malade. Ce fut un                                                  choc ! Et Hahnemann se souvint qu'il avait lu dans Hippocrate et Paracelse que les anciens déjà                                                  avaient découvert que « les semblables pouvaient soigner les semblables ».

                                                Il se mit dès lors à l’ouvrage expérimentant sur lui-même puis sur ses collaborateurs de multiples                                                  substances pour en noter les effets sur le sujet sain. Ensuite lorsqu’un malade présentait les                                                  symptômes rencontrés lors de ses expérimentations Hahnemann lui prescrivait le produit connu pour                                                  provoquer ces symptômes.

                                                C’est de là que vient l’expression simpliste et réductrice mais bien connue « l’Homéopathie soigne le                                                  mal par le mal ».

                                                Il est plus simple d’utiliser un exemple que chacun a pu rencontrer dans sa vie pour comprendre cet                                                  élément (parmi d’autres) de la doctrine homéopathique. Si vous avez bu un café corsé tard le soir vous                                                  pouvez rencontrer des difficultés d'endormissement avec une impression d'idées incessantes qui se succèdent dans votre tête et empêchent votre sommeil. Si vous racontez vos troubles du sommeil à un homéopathe il vous prescrira probablement Coffea qui est le … café. Dans le meilleur des cas et si le remède a été effectivement bien choisi vos insomnies vont s’amender. Vous aurez ainsi soigné le mal par le mal !

Coffea, le café, est une plante et l’on retombe sur un deuxième adage tout aussi connu : l’homéopathie c’est la médecine par les plantes. Il y a là une double erreur. Les plantes ne sont pas utilisées directement en tant que telle (c’est le domaine de la phytothérapie). Elle sont diluées et dynamisées ce que nous expliquerons plus avant.

La deuxième erreur provient de ce que les plantes sont très loin d’être la source unique
d’approvisionnement des homéopathes.

Sulfur (le soufre), Arsenicum Album (l’arsenic) sont des produits chimiques.

Lachesis, Apis, Vipera, Crotalus sont des venins d’animaux.

Calcarea Carbonica est du calcaire d’écaille d’huître…

Hekla Lava est la lave du volcan Hekla…

Et l’on pourrait aligner longtemps les exemples qui montrent comme est riche la source d’approvisionnement des produits utilisés en homéopathie.


Qu’est-ce que les produits homéopathiques ont donc de si différent des produits de médecine traditionnelle ?

La source brute du produit n’est pas utilisée telle qu’elle. Elle subit un double traitement : la dilution et la dynamisation.

La dilution est exprimée par le mystérieux code CH qui accompagne le nom du produit homéopathique. Ainsi Belladonna 5 CH signifie qu’à partir de la teinture mère isolée à partir de la Belladone on a pratiqué des dilutions successives au centième (CH : Centésimale Hahnemannienne) pour obtenir la 1 CH puis encore une dilution au centième de la 1CH pour obtenir la 2CH puis encore une dilution au                                                       centième de la 2 CH pour obtenir la 3 CH, etc… jusqu’à obtenir donc dans notre cas la 5CH.                                                       Lorsque le mélange a atteint la dilution choisie on en dispose les gouttes sur le support (granules,                                                       globules pour fabriquer les doses ou poudres utilisées dans les triturations). Il découle de ce                                                       procédé de fabrication qu’effectivement dans les très hautes dilutions le produit d’origine est                                                       tellement dilué qu’il est censé au sens de la physique moderne… ne plus exister. C’est un des                                                       grands mystères de l’homéopathie qui alimente au mieux les discours de ses adversaires.

                                                     Peut-être la réponse est-elle dans le deuxième procédé de traitement du produit source : la                                                       dynamisation.

                                                      Chaque nouvelle dilution est agitée, voire heurtée sur une surface dure. Hahnemann avait découvert que de procédé d’agitation qu’il appela dynamisation semblait libérer plus de puissance au fil des dilutions successives.


L’abord du patient est aussi un peu différent en homéopathie…

La notion de terrain et de constitution n’est pas spécifique à l’homéopathie et elle est parfois aussi utilisée en médecine traditionnelle pour certaines pathologies. Mais il est vrai que l’homéopathie lui a accordé une importance toute particulière. Si c’est une des raisons qui fait la richesse de l’homéopathie c’est aussi un point qui la dessert car il rend difficile les études cliniques sur les effets de l’homéopathie. Ainsi il est facile d’étudier statistiquement un anti-allergique donné sur un groupe de patients présentant un rhume des foins. Mais on ne peut étudier un remède homéopathique sur ce même groupe de patients du fait que la prescription est personnalisée et que selon le terrain et la constitution du patient les remèdes prescrits seront différents.
La constitution d’un patient correspond à son état de santé présent mais aussi passé et à toutes ses caractéristiques innées, familiales et personnelles. Le type constitutionnel physique et psychologique aussi du patient va donc influencer le choix du médicament par le médecin homéopathe.


Les liens ci-dessous vous orienteront vers différents traitements possibles lors de petits soucis de la vie où l’homéopathie peut rendre service. Attention nous sommes ici dans le cadre de l'auto médication. Soyez donc prudent et si les symptômes persévèrent n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin homéopathe.



Si vous connaissez mal l'homéopathie commencez par ce lien  :     



Si vous connaissez déjà un peu l'homéopathie vous pouvez allez vous promenez sur les liens ci-dessous :  



Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil

Retour à la page d’accueil